Photo 1 : du col des Ayes, vue sur Beaufort
2 et 3 : les falaises du plateau du Vellan
4 : au centre notre objectif : le Bec Pointu
7 : vue sur le domaine de Capoue, à Eygluy-Escoulin
8 : des phalangères à fleur de lys
9 et 10 : un petit avion atterrit sur la piste de Capoue
11 : le Roc de Toulau et la Tête de la Dame
12: la vallée d’Omblèze avec le Roc de Toulau à droite
15 : le Bec Pointu vu d’en bas

 

 

En juin, le Vallon de Combeau est un incontournable pour sa faune et sa flore. Ceux qui le connaissent ne s’en lassent pas, ceux qui le découvrent sont émerveillés !

Michel nous a tous embarqués dans cet endroit entre Drôme et Isère pour une grande immersion en pleine nature.
La randonnée s’écoule doucement, sous le soleil, par les chemins et sentiers au beau milieu des prairies très généreusement fleuries, jusqu’à la grande bergerie tout d’abord, puis jusqu’à la cabane de l’Essaure laissant la Montagnette à notre gauche. Ensuite, nous montons un peu plus vers le Pas de l’Essaure et apercevons, au loin en ligne de crête, la silhouette d’un bouquetin. Le chien de berger qui accompagne les nombreux randonneurs l’aura-t-il fait fuir ? Pas du tout ! Dix minutes plus tard, nous sommes tous en admiration devant le troupeau d’une trentaine de bouquetins broutant tranquillement à quelques dizaines de mètres devant nous. C’est aussi spectaculaire que le magnifique point de vue sur le Mont Aiguille trônant au milieu des diverses chaînes de montagne.
Par une bonne montée, le sentier nous emmène vers les plateaux du Vercors où nous longeons des falaises à-pics sur la vallée de Chichilianne avant d’atteindre la Tête Chevalière (alt. 1951 m). Le panorama à 360 degrés sur les sommets est de toute beauté, notamment la vue englobant le Mont Aiguille et le Grand Veymont. Un coin parfait pour un repas paisible, juste un peu rafraîchi par quelques nuages passagers.
Pour redescendre, les sentiers sillonnent les prés dans de grands espaces où nous découvrons beaucoup de marmottes, toutes mignonnes, jouant et gambadant auprès de leurs terriers (mais difficiles à photographier !).
Une randonnée vraiment magnifique qui se distingue par l’abondance et la diversité de fleurs rares, la présence des bouquetins et des marmottes, les vastes paysages… sans souffrir de la canicule. Une randonnée sans grosse difficulté, tranquille, joyeuse, comme un avant-goût de vacances.
Merci beaucoup Michel.

 

Merci beaucoup Alain d’avoir remplacé Valdrôme par Pourchères pour cause météo.
Nous avons eu un superbe temps pour cette journée en vert et jaune. Vert des sous-bois, des prairies, des herbes hautes, des montagnes environnantes du Coiron. Jaune des fleurs de genêts avec leur parfum presque enivrant ! Nous avons été bien gâtés par les fleurs printanières de toutes les couleurs. Nous avons tout d’abord découvert le rocher ou « dyke » basaltique du village d’Ajoux. Nous avons enjambé de nombreux petits ruisseaux et traversé beaucoup d’enclos à moutons ou chevaux, avec barrières. Heureusement, les serre-files ne se sont pas fâchés quand on leur criait « On la ferme ! ». A midi, notre guide Alain a choisi de faire une halte repas dans une belle forêt de châtaigniers majestueux. Puis au hasard des rencontres, un éleveur de chèvres du village de Blaizac nous a menés vers sa chèvrerie… et nous a vendu quelques tommes. Ailleurs dans les petits hameaux parsemés, nous n’avons vu personne. Tranquillité et sérénité pour cette belle journée. Tout de même, les cailloux des chemins ont réussi à fatiguer un peu nos mollets. Excellente ambiance. Alain, merci pour tout !